Accueil   Actualité Afrique

Urgent:

YEET - ACTUALITÉ  International - Sécurité  Mali: Le Mali en crise avec la France "n'exclut rien" dans ses relations avec Paris. Mais le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a déclaré qu'une demande de départ des forces françaises n'était pas "pour le moment sur la table", tout en affirmant que le Mali est prêt le cas échéant à dénoncer l'accord de défense conclu avec la France.

URGENT | Le ministre des affaires étrangères malien Abdoulaye DIOP,confirme que le mali a entamé un processus de révision des accords de défense avec la France.

Interférence supposée de la France, organisation des élections, situation sécuritaire, relation avec Wagner... À deux mois de la fin réglementaire de la transition, le ministre malien des Affaires étrangères répond aux questions de « Jeune Afrique ».

Les choses se précisent et l'étau se resserre autour de la France et ses alliés face au Mali.
《 Je tiens à rappeler que le différend que nous avons avec la France ne touche pas les ressortissants Français qui sont au Mali ni les entreprises françaises.
Ils peuvent vaquer normalement à leurs occupations. Les français restent les bienvenus au Mali donc il y a pas de problème entre la population française et malienne.
Il y'a juste un différend sur le plan politique.
Tant qu'avec la France et l'ensemble de nos partenaires, nous continuerons à promouvoir le dialogue》.
Dixit le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale, son excellence Abdoulaye Diop au JT de l'ORTM
Par Sékou Coulibaly/ Quotidien du Mali

Après l'annonce d'une possible rupture des accords militaires avec la France, le ministre des affaires étrangères malien Abdoulaye DIOP confirme ce 16 janvier 2022 que les autorités maliennes ont entamé un processus de révision des accords militaires et de défense avec la France, selon une source diplomatique.

Cette information vient de confirmer une certaine incrimination vis-à-vis les autorités maliennes qui auraient débuter par une rupture des accords militaires avec la France.  En outre , à travers la télévision d'État Français France 24 que le ministre des affaires étrangères malien Abdoulaye_DIOP a confirmé cette information.

Les propos utilisés par le ministre des affaires malien Abdoulaye DIOP sont des propos diplomatiques dont peu connaissent le fonds des propos.  Affirmé de réviser les accords militaires avec la France signifierait que la situation et l'avenir de la France est en jeu.

Le Ministre Abdoulaye DIOP explique les raisons de l'expulsion de l'ambassadeur de France au Mali

Remarque :Peut-on traduire cet échec diplomatique par une France humiliée par les autorités maliennes ?

Le clash se poursuit entre Paris et Bamako

Dans une interview accordée vendredi à RFI et France24, Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères a condamné les propos jugés « méprisants » et « inacceptables » du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Le chef de la diplomatie française n’est pas allé du dos de la cuillère pour critiquer la junte au pouvoir, estimant qu’elle est non seulement « illégitime » mais prend des mesures « irresponsables » faisant allusion à la demande de retrait des militaires danois de la force Takuba et formulée par les autorités maliennes.

Pour Abdoulaye Diop, toute présence de forces étrangères doit répondre à des préalables. « Ce que nous essayons de faire, c’est de défendre les intérêts de notre pays. Toute présence étrangère au niveau du Mali doit répondre aux règles maliennes, doit aussi aller dans le sens des intérêts supérieurs du Mali, surtout pour la présence des forces étrangères ».

M. Diop va plus loin en demandant que « Paris respecte le Mali en tant que pays ».

« Le Mali est puni parce que les choix politiques de ses autorités ne conviennent pas à certains. Même le coup d’Etat dont on parle, la France applaudit des coups d’Etat quand ça va dans le sens de ses intérêts et elle condamne, quand ça va dans le sens contraire de ses intérêts. Cette politique de deux poids deux mesures doit cesser », a-t-il poursuivi.

Ces nombreuses joutes verbales laissent entrevoir que la guerre diplomatique entre Paris et Bamako ne s’arrêtera pas de sitôt !

Abdoul Kader Konaté

YEET Actualités

Mots cles : Afrique, Mali, France, Conflit